Le front

Retrouver un front lumineux et apaisé
Le Front : Une zone exposée

Le front représente à peu près un tiers du visage et est délimité par deux lignes qui sont d’une part l’implantation des cheveux et d’autre part les sourcils. En fonction de ces limites, il y a donc des grands fronts et des petits fronts, variables d’un individu à l’autre. Le front peut être convexe, rectiligne ou légèrement concave avec un enfoncement au niveau de sa partie médiane. Sa forme est importante car elle influence la perception d’âge et de féminité : un front convexe rappellera l’image du bébé ou de la poupée et donc aura tendance à évoquer la jeunesse. L’homme aura plutôt un front rectiligne ou concave. Il existe une harmonie entre le nez et le front. Un nez légèrement retroussé ne peut s’harmoniser qu’avec un front convexe, un grand nez avec une bosse va de pair avec un front droit ou brisé. Cela explique les dysharmonies souvent ressenties dans les rhinoplasties où le nez est peut être joli, mais ne va pas avec le reste du visage.

Le front est apprécié par sa taille et l’importance des rides plus ou moins profondes qui le parcourent. Un très grand front transmet souvent une impression d’âge, car il symbolise une perte ou un recul des cheveux. De la même façon, les rides horizontales et verticales entre les sourcils témoignent du comportement émotionnel de la personne : inquiétude, stress, etc. Un front très ridé va transmettre une notion négative d’âge par le fait que ces rides sont dues au soulèvement inconscient des sourcils pour lutter contre la chute des paupières avec le temps.

Un front relativement lisse mais mobile, sans trop de rides, légèrement convexe et de taille moyenne va favoriser la perception de jeunesse. Ce sont tous ces éléments qu’il faut prendre en compte et analyser avant tout traitement. S’il existe diverses procédures chirurgicales pour lisser le front (lifting), il est aussi possible de régler le problème sans chirurgie.

Les techniques douces non chirurgicales (light)

Les traitements médicaux se réalisent grâce aux injectables, au cabinet : toxine botulique et acides hyaluroniques… les suites sont simples.

1.L’acide hyaluronique : L’acide hyaluronique permet de combler un front creux, pour le rendre convexe, d’avancer les arcades sourcilières pour diminuer des yeux globuleux ou optiquement la longueur du nez. Le remplissage des arcades sourcilières qui s’ossifient avec l’âge, élève le sourcil et rajeunit le regard.

2.La toxine botulique : La toxine botulique va agir essentiellement sur les rideaux bancals et une possibilité actuelle est de modifier la position des sourcils pour donner une apparence plus jeune. Il s’agira de baisser légèrement le tiers médian et de relever légèrement la litière externe et d’éviter un écartement trop important de la tête de sorcière.

3.La technique Ulthera : Et surtout la technique « ULTHERA » aux ultrasons, va permettre d’ascensionner un sourcil (tout ou partie) de façon très spectaculaire en 10 minutes au cabinet, sans douleur, ni hématomes ni œdèmes (révolutionnaire).

Les techniques chirurgicales, simples et plus lourdes

Les traitements chirurgicaux seront nécessaires dans très peu de cas :

1.Le lifting frontal : • Le lifting frontal (endoscopique ou non avec cicatrices dans les cheveux) pour augmenter la taille du front, pour soulever les sourcils ou pour supprimer chirurgicalement des muscles trop forts (ride du lion).

2.Le lifting temporal : • Le lifting temporal relève la queue du sourcil quand on ne peut le faire avec la toxine, et lisse la patte d’oie.

3.L’excision d’une languette de peau : Enfin, l’excision directe d’une languette de peau au-dessus du sourcil permet de le relever et de le mettre dans la position souhaitée. Cette opération se fait sous anesthésie locale, la cicatrice est cachée dans le sourcil, et sa sûreté et son efficacité sont très appréciables