Philosophie

Mes conceptions de la chirurgie esthétique

thierry besins

« L’âme se définit comme forme du corps. »

– Aristote

« La chirurgie esthétique est une chirurgie de l’âme. Elle a de fait une dimension irrationnelle qui justifie son extraordinaire complexité. »

– Thierry Besins

La chirurgie esthétique est avant tout la chirurgie de l’âme et du mieux être. C’est un moyen parmi tant d’autres, d’accéder à plus d’harmonie intérieure, donc de se rapprocher du bonheur et de la sérénité.

Contrairement à beaucoup de thérapies, la chirurgie esthétique remodèle l’extérieur pour améliorer l’intérieur, si bien que, pour nous, la dimension humaine doit être privilégiée, tant dans l’indication que dans les suites opératoires. Aucune standardisation n’est possible à aucun niveau. Chaque être humain est unique de part sa génétique, son passé affectif et pathologique, son état psychologique momentané, ses goûts, ses craintes etc.…. Ce qui fait que la conduite thérapeutique doit être, elle aussi, unique et adaptée à l’être humain demandeur. Seule, une chirurgie « sur mesure », est envisageable.

Le respect de l’autre et son écoute attentive, doivent être en permanence présents dans les rapports patient chirurgien, et cela doit être vrai dans les deux sens. A ces conditions, la chirurgie esthétique devient un art à part entière, celui de la renaissance de l’être par le mieux être à la fois physique et psychologique.

Il ne faut jamais faire rêver, tromper sur ce que cette chirurgie peut apporter : La désillusion qui en suivra obligatoirement, pourra avoir des effets négatifs désastreux. Notre but n’est pas d’opérer des patients (ce qui est facile puisqu’ils sont demandeurs), mais de les rendre plus heureux (ce qui est un énorme défi et le véritable challenge de cette spécialité très à part). Cette spécialité devient alors l’une des plus difficiles et des plus passionnantes de la sphère médicochirurgicale.

Mes grands principes

1.

Ne pas profiter d’une situation de mal-être provisoire, voire de détresse, pour opérer quelqu’un qui est en demande de quelque chose, (sans très bien savoir de quoi) et qui se jette sur une solution radicale (peut-être momentanément suicidaire) sans en avoir bien perçu toutes les conséquences.

2.

Toujours se demander, au moment de prendre une décision, si l’on prendrait la même pour un être cher, dans des circonstances analogues.

3.

Suivre parfaitement ses patients jusqu’à ce qu’ils soient totalement guéris et heureux de leur résultat.

4.

Avoir tout le temps pour écouter, comprendre et mieux connaître.

5.

Passer le temps qu’il faut, se battre pendant une opération, pour que le résultat soit le plus parfait possible.

6.

Dire toute la vérité, et établir un climat de loyauté et de respect mutuel ; c’est la garantie de la confiance et donc de la guérison.

7.

Informer au maximum des avantages, mais aussi des inconvénients d’une opération proposée. Il n’y aura jamais de désillusion.

8.

Comprendre les inquiétudes et les angoisses des patients qui ne savent pas : il suffit pour cela de se mettre à leur place!

9.

Ne pas mentir sur les délais de guérison : nos patients ont besoin de savoir la vérité pour s’organiser ; Ils comprennent et acceptent tout ce que l’on prend la peine de bien leur expliquer.

10.

Savoir avouer quand on ne sait pas et oublier son ego! Seul compte l’intérêt du patient qui comprendra parfaitement que la connaissance et l’expérience ne sont jamais absolues…

11.

Enfin la seule question importante pour le chirurgien me parait être : Mon patient sera-t-il heureux du résultat que techniquement je peux prévoir, compte tenu de sa demande que j’ai bien comprise…..Bien souvent il vaut mieux s’abstenir que d’être responsable d’une désillusion dramatique ; Elle entraînera une accentuation du mal être aux conséquences parfois gravissimes.